Cosmogonie portative

inspiré du poème de Raymond Queneau – Petite cosmogonie portative

Cosmogonie portative est une sorte d’histoire naturelle qui pose des questions, par exemple : pourquoi le Cachalot dans l’histoire de l’évolution ?
ou bien fait dialoguer des personnages qui n’ont pas l’habitude de se parler comme l’Acacia corne de bœuf myrmécophile et sa fourmi Tetraponera,
ou encore résume en quelques scènes colorées  4milliards 600millions d’années…

Cosmogonie portative est un spectacle de marionnettes.
Marionnettes de tous genres : à gaines, à tiges, à fils, à bouts de ficelles…dans un théâtre miniature portatif « machiné », manipulé par deux comédiennes-manipulatrices – un teatro dei piccoli  (les piccoli sont ces êtres de petite dimension qu’on appelle marionnettes).

Le spectacle alterne des séquences scéniques et des films d’animations réalisés par Clémence Gandillot en stop motion et projetés à l’intérieur du cadre de notre castelet ou en parallèle sur le côté.
Julien Desprez réalise la musique et le bruitage en direct, à vue sur le côté de la scène.

 

 

La Petite cosmogonie portative est un poème en alexandrins composé par Raymond Queneau en 1950.
Elle retrace toute l’histoire de l’univers, de l’atome primitif aux ordinateurs, en passant par l’évolution des formes de la matière et des organismes vivants.
C’est un chant du monde, depuis ses origines.
C’est aussi une somme encyclopédique de connaissances scientifiques conjuguée avec une formidable inventivité de la langue et des formes poétiques.
C’était, pour Italo Calvino, l’un des « exploits les plus extraordinaires de la poésie du XXe siècle ».

 

Nous ne suivrons pas le poème Petite cosmogonie portative de Raymond Queneau (et ses 1386 vers) à la lettre.
Nous le prendrons comme un terrain de jeu en nous inspirant de sa forme encyclopédique et humoristique.
Nous emprunterons sa traversée de l’histoire de la terre depuis ses origines, en suivant les six chants du poème ; nous le ferons sous la forme d’un spectacle de marionnettes.
Nos marionnettes seront de tous genres : à gaines, tiges, fils…
Notre scène portative sera un théâtre miniature portatif « machiné », manipulé et mis en jeu par deux comédiennes-manipulatrices.
Ce sera un «teatro dei piccoli» (les piccoli sont ces êtres de petite dimension actionnés pardes fils et des tringles
qu’on appelle marionnettes).


Création automne 2024.
Festival de la Poudrière
Neuchâtel

Équipe

Un spectacle conçu par Jean Pierre Larroche
coécriture et réalisation des images animées :
Clémence Gandillot
musique et bruitages : Julien Desprez
lumière et régie générale : Thibault Moutin

avec :
Juliette Belliard
Antonin Chambon

Partenaires

Ce spectacle est une production de la compagnie Les ateliers du spectacle

marionnettemahu2

Un jour, il y a deux ans je me suis mis à écrire un poème en alexandrins, je ne savais pas tout d’abord ce que c’était, ensuite j’ai trouvé le titre : petite cosmogonie portative. Elle aura six chants, c’est le genre qui veut ça. L’homme apparaît à la fin du cinquième et le sixième est consacré aux machines, je crois que je terminerai sur les grandes machines à calculer. Ce n’est pas un poème didactique, c’est la science envisagée comme thème poétique (…)
(…) (Ce poème) je ne l’ai pas conçu, du tout, il s’est conçu tout seul, enfin c’est un poème un petit peu… surréaliste, disons. Enfin surréaliste dans le sens où il n’y a pas de, d’intention enfin… Là, aucune.
R.Q

Les six chants de la Petite cosmogonie portative comptent 1386 alexandrins.
Chacun d’eux représente 1 million d’années.
Ainsi, l’ère primaire occupe en tout 365 vers (pour une durée réelle estimée entre 350 et 500 millions d’années), le secondaire 161 vers (pour 160 millions d’années).
Le quaternaire occupe seulement deux vers « Le singe (ou son cousin) le singe devint l’homme / lequel un peu plus tard désagrégea l’atome » correspond bien aux 2 millions d’années de l’histoire humaine.

 

quelques marionnettes :

le castelet :

X