LE t DE n-1

Le t de n-1 est un spectacle pour trois acteurs-manipulateurs qui retrace les étapes d’un raisonnement insolite pour aboutir à une étrange démonstration.

Derrière l’apparente complexité du monde, il y a souvent des questions simples. La méthode employée dans Le t de n-1 pour résoudre un certain nombre de problèmes, tel que celui du nombre total des choses, consiste à considérer d’un côté l’homme et de l’autre les mathématiques à la manière dont on considère deux droites infinies et parallèles. Pour les relier, c’est très simple : il suffit de tracer des perpendiculaires. On appréciera donc Le t de n-1 selon le degré d’admiration qu’on voue au déséquilibre.

Sur un plateau rempli d’objets que le vulgaire qualifierait d’insolites, qui se contentent pourtant d’une existence parfaitement prosaïque et entretiennent avec la pensée des liens secrets que seul un regard myope et amoureux sera capable de déceler, un intervieweur interroge Clémence Gandillot, auteure de Chose et De l’origine des mathématiques. Tout chez elle est sujet à la mise en équation. Ses raisonnements empruntent autant aux Shadoks qu’à Paul Valéry. À force d’écarts et de tiraillements, elle construit patiemment l’échelle homme / mathématiques, et c’est presque naturellement que surgit la question vraiment difficile du t de n-1 : si nous mettions les pieds dans l’espace que Clémence Gandillot a dans la tête, à quoi cela pourrait-il ressembler ?

Ce spectacle peut être proposé avec un atelier mathématiques.

2

Le t de n-1 a été créé en avril 2010.
Durée : 55 mn.
Tout public, à partir de 12 ans.

Dossier du spectacle

Équipe

Un spectacle conçu par Mickaël Chouquet, Balthazar Daninos
et Clémence Gandillot
avec la collaboration de Jean-Pierre Larroche, Léo Larroche et Catherine Pavet

avec Mickaël Chouquet, Cécile Coustillac et Johanna Korthals Altes en alternance, et Balthazar Daninos

textes : Clémence Gandillot, Léo Larroche
mise en scène : Catherine Pavet
conception technique : Benoît Fincker, Martin Gautron
musique : Catherine Pavet
lumières : Benoît Fincker, Jean-Yves Courcoux
son : Benoît Fincker, David Schaffer
régie : Benoît Fincker
costumes : Jacotte Sibre
animation : Clémence Gandillot
traduction en allemand : Mechthild Coustillac

administration, production, diffusion :
Charlène Chivard, Laurène Bernard, Marie-Anne Bernard

Partenaires

Le conseil régional d’Ile-de-France,
Le DICREAM,
La Chartreuse Centre national des écritures du spectacle de Villeneuve-lez-Avignon,
Anis Gras Le lieu de l’autre à Arcueil,
Le Théâtre de la Marionnette à Paris,
La Rotonde Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle (CCSTI) de Saint-Étienne,
L’École des Mines,
Le conseil régional Rhône-Alpes,
l’Atelier Arts-Sciences, plateforme commune de recherche au CEA Grenoble et à l’Hexagone Scène nationale Arts Sciences – Meylan
Le Vélo Théâtre à Apt dans le cadre de la mission de compagnonnage lieu marionnette et théâtre d’objet,
Le Festival Excentrique – Culture o Centre,
Le Théâtre Athénor,
Universcience.
Soutien du Fond SACD Théâtre

Calendrier

passé

16sep - 17sep 1623 h 00 minsep 17Internationales Fest der Puppen - Lingen (Allemagne)Du lundi 16 au mardi 17 septembre 2019
9avr - 14avr 923 h 00 minavr 14Athénor et Université de Nantes - Nantes et Saint-NazaireDu lundi 09 au samedi 14 avril 2018L'apéro mathématiques
au Laboratoire de mathématiques de l'Université de Nantes
lundi 9 avril à 15h30 et 19h
mardi 10 et vendredi 13 avril à 11h

Le t de n-1
au Théâtre Universitaire de Nantes
mercredi 11 et jeudi 12 avril à 20h30

Les impromptus scientifiques
au Théâtre Universitaire de Nantes
mercredi 11 et jeudi 12 avril à 18h : Résonnons raisonnablement (avec Benoît Grébert et Léo Larroche)

à Athénor St-Nazaire
samedi 14 avril
à 14h : Quand les neurones applaudissent (avec Antoine Depaulis et Balthazar Daninos)
& Résonnons raisonnablement

à 16h30 : Super conquérant  (avec Aurélien Djament et Léo Larroche)
& Quand les neurones applaudissent

avenir

En cours

Photos

Photos : Philippe Martins, David Schaffer

Extraits du spectacle

Revue de presse

Le Monde - Mercredi 02 Octobre 2013

article-Le-Monde

France Culture / Continent sciences de Stéphane Deligeorges - Lundi 09 Janvier 2012

www.franceculture.fr/emission-continent-sciences-les-figures-de-l%E2%80%99univers-2012-01-09

 

L’espace critique par Lydia Ben Ytzhak (à partir de la 47ème minute)

France Culture / La Vignette d'Aude Lavigne - Jeudi 01 Décembre 2011
France Culture / La Grande Table de Caroline Broué - Mercredi 23 Novembre 2011

www.franceculture.fr/emission-la-grande-table-temoigner-du-genocide-au-rwanda-mathematiques-un-depaysement-soudain-2011-1

Invité(s) de l’émission :
Clémence Gandillot, scénographe, illustratrice, auteur
Jean-Pierre Bourguignon, directeur de l’IHES
David Bessis, mathématicien

Süddeutsche Zeitung - Vendredi 17 Septembre 2010

2010_09_17_Süddeutsche Zeitung_Clemence Gandillot coupe

France Inter / La Tête au carré, chronique de Brigitte Patient - Vendredi 14 Mai 2010

Elle nous fascine avec cette craie, Clémence Gandillot.

Elle nous explique les choses avec des équations et des démonstrations. Elle dessine le monde. Et ce dessin qu’elle fait au tableau tout au long du spectacle est un geste théâtral d’une grande intensité.

Revue de presse

Le t de n-1 au journal télévisé de France 3 Lorraine, 17 octobre 2014.

Extraits

« Les choses sont une communauté parallèle en pleine voie de développement. Il y en a donc beaucoup. En plus, comme elles ne meurent pas, elles ont tendance à s’accumuler. Et vu qu’aucun recensement de toutes les choses n’a été entrepris de manière officielle, eh bien j’ai trouvé qu’il était grand temps de le faire. »

 

« Cependant vous dites dans votre livre que les mathématiques sont dans l’homme, mais elles sont où?

Prenons par exemple les quatre opérations de base : plus, moins, multiplier, diviser. Si on prend quelqu’un, comme son nom l’indique ça vaut un. Pour faire quelqu’un il faut deux moitiés, l’ovule plus le spermatozoïde qui donne la cellule unique, on dit alors qu’elle est fécondée avec du x et du y, dans un ventre et là, pendant neuf mois, cette cellule pour se multiplier, elle se divise. Il porte bien son signe le divisé, il permet de faire du plusieurs à partir de un.

Par ailleurs, la mère enceinte c’est égal à la mère plus l’enfant, donc l’enfant seul c’est égal à la mère enceinte moins la mère. C’est ce que l’on appelle la soustraction de naissance. On a donc quelqu’un, le fruit d’une addition, qui pour se multiplier se divise et qui subit la soustraction de naissance ; donc les quatre opérations de base, oui, on les vit physiquement dans notre corps avant même d’y penser, donc les mathématiques sont dans l’homme. Et je dirais même que la nature est bien faite en ce sens qu’elle n’a pas besoin d’attendre que l’entendement veuille bien entendre pour entreprendre. »

 

« Pour faire des parallèles, il faut tracer des perpendiculaires… »

Clémence Gandillot dans le rôle de Clémence Gandillot

À l’origine du t de n-1, c’est Clémence Gandillot qui tenait le rôle de Clémence Gandillot.
Deux extraits du spectacle peuvent encore en attester.

Qu’est-ce qu’une chose ?

Clémence Gandillot, vous dites que les mathématiques sont dans l’homme.
Mais elles sont où ?