LE RÉBUS MALHEUREUX

Les rébus et devinettes sont des formes brèves qui se moquent du langage. Les rébus sont aussi des mots images ou des mots bruits : il y a pour eux une scène comme au théâtre. Le Rébus malheureux racontait une histoire du regard développée par énigmes, jeux de mots, jeux de musique, images manipulées autour d’un tableau disparu et de son improbable reconstitution.

Le spectacle a été créé en 1988 aux Ateliers du spectacle à Paris puis représenté au Festival de la Marionnette, à Paris Centre Wallonie Bruxelles, au Festival de Saint-Herblain CRDC Nantes, à la Grande Halle de la Villette, au Théâtre de l’Atelier à Lyon, au Festival de Sarrebruck.

VignetteRebus

RadioLogo

Le Rébus malheureux

écouter Le Rébus
par Serge Dutrieux

Équipe

conception et mise en scène : Jean Pierre Larroche
collaboration à la mise en scène : Michel Rostain
musique : Serge Dutrieux
lumières : Michel Gass
avec : un Magicien (le Déchiffreur) : Abdul Alafrez
trois manipulateurs : Daniel Michel, Stéphane Boughezala, Éric Frémont

Partenaires

Coproduction
Les ateliers du spectacle
Un Théâtre pour la Musique
Train de Nuit

logo-jpl

site de Jean-Pierre Larroche

Revue de presse

Libération

C’est peut-être un rêve. Dans ce rêve, les éléments de décor deviennent personnages d’un théâtre miniature pour raconter en vingt minutes un Rébus Malheureux. L’histoire sort d’un tableau très, très ancien qui aurait pu se trouver composé à la fin du XVe siècle du côté de Pesaro. Il y a aussi un violon malin et aussi, essentielle, la présence insistante d’un diaphragme.

C’est peut-être un rêve, ce jeu de perspectives, cette succession de plans où apparaissent et disparaissent le pinceau qui veut rendre la couleur du ciel, les personnages qui sortent du Tarot manipulé par des mains expertes, le dragon qui crache de la fumée au-dessus de nos têtes.

La preuve que c’est un rêve : rien de ce qui gêne d’habitude dans ce tête à tête bizarre qu’est la relation spectateur-spectacle ne trouble le plaisir : ni les machinistes à découverts ni les lumières tremblotantes. Pas de texte ni d’acteurs. C’est à dire que le théâtre est produit par tout le reste : art pictural, architectural, musical, poétique, photographique. Ajoutez à cela humour, audace, fraîcheur, au rythme d’une musique endiablée.

Marion Scali

Photos

Dessins